La théorie marxiste de la connaissance : comment connaissons-nous les choses ?

You need to be logged in order to participate in the session. Login here

Comment s’opère l’acquisition de la connaissance ? Cette question centrale en philosophie a confondu les penseurs durant des millénaires. D’un côté, les idéalistes prétendent que la vérité préexiste au monde matérielle et se reflète dans nos esprits - ce qui implique en dernière analyse que la connaissance provient d’en dehors de la nature - d’un être supérieur.

De l’autre, vous trouvez les matérialistes bourgeois, dont la principale vision de la connaissance (l’empirisme) affirme que nous ne pouvons connaître que par nos sens, et qu’il est donc impossible de parler avec certitude d’une quelconque généralisation, de causalité - ou même de l’existence d’une réalité matérielle existant en dehors de notre propre expérience sensorielle.

Les marxistes affirment que la connaissance provient du monde, et que c’est en généralisant notre expérience de cas particuliers (par exemple, en nous brûlant) que nous pouvons produire des abstractions qui nous permettent de comprendre le général (en l'occurrence, le feu est chaud). Par conséquent, la pratique et l'expérience concrète sont la base de la connaissance. Dans le même temps, transmettre notre expérience à d’autres nous permet de développer la société humaine, la production, la science et la technique jusqu’à des niveaux de complexité toujours plus élevés, et donc d’approfondir notre connaissance du monde.